top of page

Bulletin sur les négociations #15 : McGill a le pouvoir d'éviter une grève — le fera-t-il ?

Mardi le 19 mars 2024


Comité de négociation des auxiliaires d'enseignement et membres réguliers participant à la séance de négociation.

Cela fait deux semaines que l’AÉÉDEM et McGill se sont rencontrés pour négocier — deux semaines assez mouvementées ! 


Durant la semaine du 11 mars, les auxiliaires d’enseignement (AE) ont tenu un vote de grève au cours de trois assemblées. Un mandat de grève donne au syndicat le pouvoir de déclencher une grève à tout moment en fonction de l’avancement des négociations. Les résultats de ces votes ont été clairs : les AE se sont présentés en nombre record et ont voté à 87,5 % en faveur d’un mandat de grève. 


Les lecteurs de longue date se souviendront que nous avons présenté à McGill notre première proposition monétaire le 18 décembre. Ils n’avaient pas de contre-offre, sous quelque forme que ce soit, lorsque nous nous sommes rencontrés un mois plus tard, le 16 janvier. Frustrés, les AE ont tenu une assemblée le 30 janvier où ils ont voté pour la tenue des assemblées de vote de grève susmentionnées et ont fixé une date limite pour McGill. Cela a manifestement ému l’employeur — il avait enfin une proposition monétaire pour nous lorsque nous nous sommes rencontrés le 2 février. Cette première offre était bien sûr la désormais célèbre offre d’une augmentation de 1,25 % la première année, suivie de 1 % les années suivantes, aucun soin de santé, rien sur l’ajustement au coût de la vie (« COLA »), et rien sur l’indexation des heures d’AE sur les inscriptions au premier cycle. Il a fallu la menace d’un vote de grève pour obtenir quelque chose — quelque chose d’insuffisant, mais quelque chose — de la part de McGill. 


Nous avons continué à les rencontrer, une ou deux fois par semaine, au cours des semaines suivantes. Nous avons fait preuve d’autant de flexibilité que possible et avons souligné les points prioritaires. Malgré cela, McGill n’a pu faire mieux que sa deuxième offre peu sérieuse : 2,25 % la première année, puis 1,25 % les années suivantes, aucun soin de santé, rien sur l’e COLA et rien sur l’indexation des heures d’AE sur les inscriptions au premier cycle. L’employeur a demandé la conciliation peu de temps après, et nous avons eu trois séances de conciliation avant notre vote de grève. Lors de la toute dernière séance, qui a duré six heures le 5 mars, nous étions proches d’un accord qui aurait pu éviter la grève. Mais McGill a refusé de conclure un accord avec nous, et nous avons donc tenu nos assemblées. 


Encore une fois, les résultats de ces assemblées de vote de grève ont été extrêmement clairs : les AE se sont présentés en nombre record et ont voté à 87,5 % en faveur de l’octroi au syndicat du pouvoir de déclencher une grève à tout moment.


Nous avons ensuite rencontré McGill le 19 mars, pour une session d’une journée au bureau du Ministère du Travail, pour notre première session après le vote. De toute évidence, la menace réelle d’une grève a ému McGill. McGill a d’abord présenté une offre d’augmentation de 3,5 %, 2 %, 2 % et 1,75 % pour chacune des quatre années du contrat. Nous avons clairement indiqué que même si nous disposions encore d’une grande marge de manœuvre, nous en avions moins qu’avant le vote. Et nous aurons moins de flexibilité si nous entamons une grève. McGill a ensuite présenté une offre de 4,25 %, 2,25 %, 2 % et 2 %. Mais ce qui est peut-être le plus remarquable, c’est qu’il a proposé pour la première fois de s’attaquer au problème de la réduction des heures d’AE alors que les inscriptions augmentent ou restent inchangées. Ils ont proposé de veiller à ce que l’indexation des heures d’AE figure à l’ordre du jour du Comité des relations de travail, un comité composé de représentants des syndicats et des employeurs qui se réunit environ une fois par mois. Bien que nous soyons reconnaissants de voir ce mouvement sur l’indexation, nous ne pensons pas que ce Comité soit le lieu approprié. Nos membres ont besoin d’un langage sur l’indexation qui ait plus de mordant et qui puisse réellement affecter le changement et améliorer nos conditions de travail, et la volonté d’en discuter au sein du Comité, bien qu’elle soit un pas dans la direction, n’est pas suffisante.


Les motivations de McGill sont claires. La menace d’un vote de grève a amené leur première proposition monétaire sur la table après presque six semaines de patience de la part de l’AÉÉDEM. La menace d’une grève les a encouragés à presque doubler leur offre salariale totale et, pour la première fois, à mettre sur la table un élément lié à l’indexation.  


Nous avons entendu les AE, hautes et fortes, lors de nos assemblées de vote de grève. Nous savons ce que les AE attendent d’un accord. Après avoir reçu le mandat de grève de 87,5 % des AE, nous ne pouvons pas nous contenter de 4,25 %, 2,25 %, 2 %, 2 %, et d’une faible forme d’indexation. Les AE ont clairement fait savoir qu’ils méritaient plus et qu’ils étaient prêts à se battre pour cela.


Après avoir commencé très tôt, à 9 h, et être restés jusqu’à près de 17 h, nous avons clairement indiqué que nous serions prêts à rester jusqu’à minuit s’il le fallait. Nous étions prêts à donner à l’employeur tout le temps dont il avait besoin pour faire une offre plus solide et éviter une grève, et nous l’avons invité à passer les coups de téléphone nécessaires, à faire les calculs requis et à avoir les discussions importantes. Nous avons indiqué aussi clairement que possible quel type d’accord pouvait permettre d’éviter la grève. Mais avec une grève sur l’horizon, le négociateur en chef de McGill nous a dit qu’il n’était pas sûr de pouvoir joindre les parties concernées au téléphone et qu’il était à la limite de ce qu’il pouvait nous offrir. Avec une grève sur l’horizon, alors que l’AÉÉDEM était plus que prête à poursuivre les négociations jusqu’au bout de la nuit, McGill n’a pas voulu bouger. Apparemment, les hauts responsables de McGill ne considèrent pas comme une priorité le fait d’être disponible pour un appel téléphonique afin d’éviter une grève. Les tiers conciliateurs ont décidé que nous devions nous arrêter pour la journée, après environ 8 heures de négociations.


McGill a le pouvoir d’éviter une grève — le fera-t-il ? S’il ne le fait pas, que feront les AE pour montrer à McGill que nos revendications sont valables et que nous ne tolérerons plus la sous-évaluation de notre travail essentiel ?


Les AE devraient rester à l’affût de nouvelles communications de la part du syndicat sur la date potentielle du début de la grève.


Aucune autre session n’est prévue pour le moment — McGill ne semble pas sérieux quant à la possibilité d’éviter une grève, mais nous attendons avec impatience des nouvelles de leur part et espérons recevoir un appel bientôt. Si nous prévoyons d’autres sessions, les membres sont invités à y assister dans le cadre de la négociation ouverte, qui reste en vigueur pendant la conciliation. En cas de grève, les négociations ne sont pas suspendues. L’AÉÉDEM sera présente à la table des négociations autant que nécessaire pour obtenir l’accord que les AE méritent. Inscrivez-vous pour vous joindre à nous, en personne ou par Zoom, ici ! Nous ferons de notre mieux pour vous accommoder et vous accueillir dans la salle au fur et à mesure que les négociations évoluent.


Unis, nous négocions ; divisées, nous mendions !


Amour et solidarité,

Vos comités de négociation et de soutien à la négociation

Comentários


bottom of page