top of page

Bulletin sur les négociations #16 : Un accord est à portée de main—McGill fera-t-il le travail nécessaire pour parvenir à un accord ?

Mardi 2 avril, 2024


Nada, Nick et Dallas du Comité de négociation rejoignent le piquet de grève le premier jour de grève des AE !

Avertissement sur le contenu : ce bulletin décrit les négociations de l’AÉÉDEM avec McGill concernant les politiques sur le harcèlement, la discrimination et la violence sexuelle. Il aborde également des cas de transphobie.


Le mardi 2 avril 2024, l’AÉÉDEM et McGill se sont rencontrés pour leur 20e séance de négociations, la deuxième depuis le début de la grève des auxiliaires d’enseignement la semaine dernière, et la sixième séance en conciliation. Comme d’habitude, l’équipe de négociation a été rejointe par les travailleurs dans la salle. 


Suite à notre réunion précédente, l’AÉÉDEM a travaillé sur une nouvelle proposition pour cette réunion. Nous avons présenté cette proposition, qui couvrait les points suivants :

  • L’article 6, sur le harcèlement, la discrimination et la violence sexuelle, 

  • La question de la réduction des heures d’AE lorsque les inscriptions restent inchangées ou augmentent, et, bien sûr, 

  • Les salaires.


Pour l’instant, nous ne revendiquons pas de fonds séparés pour les soins de santé. Il s’agit d’un choix difficile qui s’appuie sur les priorités des membres et sur ce que le comité de négociation considère comme une voie réaliste pour l’avenir.


En ce qui concerne l’article 6, l’employeur a indiqué qu’il n’était pas intéressé par l’ajout dans la convention collective de termes qui ne sont pas inclus dans la Politique contre la violence sexuelle ou la Politique sur le harcèlement et la discrimination. Bien que nous ayons souligné les limites de ces politiques, nous sommes parvenus à un accord sur de nombreux aspects de notre proposition en intégrant des termes de ces politiques dans la convention. Cependant, nous continuons à faire pression sur certains points.



En ce qui concerne la réduction des heures de travail des AE, nous avons proposé ce qui suit :

  • D’organiser une réunion annuelle, ouverte à l’ensemble de la communauté universitaire, au cours de laquelle les parties concernées de l’université discutent des budgets de soutien à l’enseignement et de l’attribution des heures d’AE, 

  • D’inclure des informations sur les budgets de soutien à l’enseignement, et de justifier toute réduction d’heures pour un contrat d’AE, dans les listes tentatives envoyées aux délégués syndicaux, et, 

  • Dans une autre lettre d’entente, de mettre en place un comité chargé d’enquêter et de traiter la question de la réduction des heures d’AE et de formuler des recommandations sur la manière de résoudre le problème. 


Enfin, en ce qui concerne les salaires, nous avons donné deux options à McGill :

  • Une convention de trois ans, avec une augmentation totale de 14,0 % sur la durée de la convention, ou, 

  • Une convention de quatre ans, avec une augmentation totale de 21,0 % pendant la durée de la convention.


Ces propositions débutent toutes deux le 1er août 2023, c’est-à-dire que l’augmentation de la première année serait appliquée rétroactivement. La première proposition de McGill en février était une convention sur cinq ans ; toutes les offres et contre-offres depuis lors ont porté sur une convention collective de quatre ans. Un contrat de trois ans serait une grande victoire pour l’AÉÉDEM. Étant donné que les membres du syndicat changent plus rapidement que dans beaucoup d’autres lieux de travail, un contrat de trois ans signifie une plus grande mémoire institutionnelle et une plus grande continuité entre ce cycle de négociation et le suivant. L’Université de Toronto a récemment évité une grève en signant un contrat prévoyant une augmentation de 12,8 % sur trois ans.


En ce qui concerne les salaires, McGill n’a pas manifesté d’intérêt pour un contrat de trois ans ni pour un ajout à sa proposition salariale. La dernière offre officielle de McGill, le 19 mars 2024, était de 4,25 %, puis de 2,25 %, 2,0 %, 2,0 % les années suivantes, pour un total de 10,5 % sur quatre ans. 


En ce qui concerne la réduction des heures d’AE, McGill a fait part de son inquiétude quant à la mise en place d’un quelconque mécanisme pour résoudre ce problème. Nous avons réitéré que notre objectif en rédigeant notre proposition était d’établir une plus grande transparence et de collecter des informations sur les budgets de soutien à l’enseignement et l’allocation des heures d’AE.


Nous avons rappelé à McGill qu’en 2017, 48 % des auxiliaires d’enseignement ont déclaré avoir travaillé plus d’heures que prévu dans leur contrat sans être rémunérés, ce qui représente environ 1 million de dollars de salaires impayés par an. Comparez ce million de dollars à la ligne budgétaire totale de l’AE, qui s’élève à 13 millions de dollars. Nous avons rappelé à McGill que nous savons que certaines unités d’embauche réduisent les heures contractuelles des AE en réponse aux augmentations de salaire, même lorsque le nombre d’étudiants de premier cycle reste le même, de sorte que les AE ne voient jamais les augmentations de salaire pour lesquelles ils se battent. Cette situation est néfaste pour la charge de travail des auxiliaires et des professeurs, ainsi que pour la qualité de l’enseignement à McGill. McGill a parfois exprimé son scepticisme quant à la possibilité que cela se produise actuellement ou se produise un jour. Cependant, lorsque nous avons fait part de nos inquiétudes quant à la possibilité que les unités d’embauche aient recours à cette stratégie de réduction des heures contractuelles des AE en réponse à toute augmentation salariale, McGill a rétorqué qu’elle comprenait pourquoi certaines unités d’embauche pouvaient réduire les heures contractuelles des AE. L’employeur a oscillé entre l’affirmation que ce problème pourrait ne pas exister et l’affirmation qu’il comprenait pourquoi les unités d’embauche réduiraient les heures. Comme sur de nombreux sujets, les arguments de McGill ne semblent pas suivre une vision cohérente d’un accord équitable ; ils apparaissent plutôt comme des justifications ad hoc pour des positions prédécidées.


Bien que frustrante, la discussion a porté des fruits : McGill a accepté de passer quelques appels de téléphone et de voir ce qu’elle pouvait mettre sur la table. Après notre réunion du 19 mars, au cours de laquelle l’employeur avait affirmé qu’il n’était pas en mesure de joindre ses supérieurs pour obtenir une meilleure offre, ce changement de dynamique était bienvenu.


Après avoir attendu trois heures et demie que McGill revienne à la table, nous espérions que ces appels nous rapprocheraient d’un accord ! Mais, une fois de plus, McGill nous a déçus. McGill n’avait une contre-proposition que sur un seul point de notre proposition : notre proposition d’organiser une réunion annuelle au cours de laquelle les parties concernées discuteraient des budgets de soutien à l’enseignement et de l’allocation des heures d’AE. La contre-proposition de McGill éliminait la discussion spécifique sur les budgets de soutien à l’enseignement, faculté par faculté, et visait à limiter la participation à cette réunion à un délégué syndical par faculté plutôt qu’à l’ensemble de la communauté universitaire. Aucune offre sur les salaires, aucune lettre d’entente sur la protection des droits des auxiliaires transgenres, et un refus sommaire de nos autres propositions d’articles traitant de la question de la réduction des heures des assistants. 


À ce stade, les deux parties étaient au Ministère du Travail depuis environ 6 heures. Mais nous sommes restés déterminés à trouver un accord qui pourrait mettre fin à la grève. Nous avons donc élaboré, en un peu plus d’une heure, une nouvelle contre-proposition globale officielle. Cette contre-proposition contenait :

  • Notre lettre d’entente initiale sur la protection des droits des auxiliaires transgenres, avec une précision que l’utilisation du mauvais genre ou le deadnaming répétées et/ou intentionnelles constituent un harcèlement. Ces précisions ont été ajoutées en réponse aux préoccupations de l’employeur lors de discussions antérieures.

  • En ce qui concerne le problème de la réduction des heures de travail des auxiliaires d’enseignement, la proposition de McGill concernant la réunion annuelle pour discuter des budgets de soutien à l’enseignement, avec quelques modifications : 

  • La participation serait ouverte à un délégué syndical par unité d’embauche, plutôt qu’à un délégué par faculté (les unités d’embauche sont généralement responsables du recrutement dans un département—par exemple, à la faculté des sciences, il existe des unités d’embauche pour la physique, la biologie, la chimie et d'autres départements) 

  • La discussion des budgets de soutien à l’enseignement et l’allocation des heures d’AE sur une base facultaire, et, 

  • Une justification de l’université en cas de diminution de ces budgets ou de ces allocations. 

  • Nous avons également adapté la proposition antérieure de McGill pour une lettre d’entente sur le problème de la réduction des heures d’AE, où McGill a proposé d’établir un comité responsable d’enquêter sur le mauvais alignement des heures contractuelles d’AE.

  • Sur les salaires : 8,5 %, 3,0 %, 3,0 % et 3,0 %, pour un total de 17,5 % sur quatre ans. 


Nous avons clairement indiqué à McGill qu’il s’agissait d’un accord que nous pouvions soumettre au vote de nos membres. Comme nous l’avons fait à plusieurs reprises au cours des dernières sessions, nous avons montré à McGill la voie vers un accord qui pourrait mettre fin à la grève. 


L’AÉÉDEM et McGill ont commencé par discuter de la lettre d’entente sur la protection des droits des AE transgenres. Le préambule de notre proposition de lettre d’entente stipulait ce qui suit :


WHEREAS, transphobia is on the rise around the world ;


Cette phrase n’était pas une revendication majeure, il s’agissait simplement de mettre la table pour arriver aux engagements importants que nous espérions obtenir de McGill — nous ne nous attendions pas à ce que cela soit controversé. Il suffit de regarder l’augmentation stupéfiante des lois transphobes aux États-Unis, la tendance à priver les enfants transgenres de leurs droits et à effacer les transgenres des programmes scolaires en Alberta, ou les multiples manifestations ici même à Montréal pour dénoncer « l’idéologie du genre ». L’une de ces manifestations contre cette soi-disant « idéologie du genre » — un appel du pied misogyne et transphobe utilisé par l’extrême droite dans le monde entier — s’est déroulée à deux minutes de marche du Roddick Gates de McGill en septembre 2023. 


McGill a exprimé son malaise, voire son désaccord avec notre affirmation selon laquelle la transphobie est en hausse dans le monde, déclarant qu’il s’agissait d’une affirmation « big » qui nécessiterait des « evidence » et/ou des « data » pour être étayée. McGill s’est également demandé si la convention collective était le bon endroit pour aborder les problèmes d’un groupe spécifique. En résumé, McGill n’avait « aucun appétit » pour une lettre protégeant les droits des AE transgenres, et a exprimé son scepticisme quant à l’augmentation de la transphobie à l’échelle mondiale.


Nous avons ensuite discuté du problème de la réduction des heures de travail des AE. La discussion a été utile et franche et a indiqué que les deux parties pourraient parvenir à un accord. L’AÉÉDEM a exprimé son désir de poursuivre les négociations, tandis que McGill ne semblait pas vouloir continuer. Les tiers conciliateurs ont suggéré une brève pause avant de se réunir à nouveau. 


Lorsque nous nous sommes réunis à nouveau, nous avons été surpris de recevoir une offre globale « finale » de la part de McGill. La dernière proposition de McGill, telle que soumise par écrit, contenait ce qui suit :

  • Au sujet de la réduction des heures d’AE, deux points :

  1. La proposition originale de McGill sur l’établissement d’une réunion annuelle, datant de quelques heures, avec le texte suivant : un délégué syndical par unité d’embauche, au lieu d’un par faculté. 

  2. Une lettre d’intention dont les objectifs sont (1) d’établir un point permanent à l’agenda du jour du Comité des relations de travail, afin d’aborder les charges de travail des auxiliaires, (2) d’établir un groupe de travail composé de représentants de l’Université et du syndicat afin d’examiner les questions de charge de travail, et (3) que ce groupe de travail partage ses conclusions et ses recommandations avec le Provost et le Vice-président Exécutif d’ici la fin de l’année 2025. 

  • Pas de lettre d’accord protégeant les droits des AE transgenres. 

  • Sur les salaires : 5,5 %, 3,0 %, 3,0 % et 3,0 %, soit un total de 14,5 % sur quatre ans. 


Bien que ces offres soient inférieures aux demandes de l’AÉÉDEM formulées plus tôt dans la journée, nous nous sommes néanmoins réunis pour discuter de l’offre de McGill. Nous avons été heureux de constater que l’offre prévoyait un délégué syndical « par unité d’embauche », plutôt qu’un par faculté. Plutôt qu’une réunion à huis clos, la présence d’un délégué par unité d’embauche à une telle réunion permettrait une contribution considérable de l’ensemble de l’université — cela fait la différence entre une petite réunion que McGill pourrait balayer sous le tapis et une réunion avec une contribution et une responsabilité significatives. L’inclusion de cet amendement suggère que McGill pourrait en fait envisager sérieusement de conclure un accord. Nous étions encore loin du compte sur de nombreux points, mais cela reflétait un mouvement que nous étions heureux de voir.


Mais cette gratitude était mal placée. Peu après la réunion de l’AÉÉDEM, McGill a envoyé un courriel de suivi. Il avait fait une typo. Ils ont maintenu leur proposition d’un délégué syndical par faculté.


Il ne s’agissait pas d’une coquille sans importance. Inclure accidentellement un élément de valeur pour le syndicat dans une « offre globale finale », puis se rétracter dans un courriel est une grave erreur. Lorsque les parties envoient accidentellement quelque chose comme cela, il est courant qu’elles réduisent leurs pertes et acceptent que leur concession fasse désormais partie de l’offre. McGill ne s’est même pas excusée pour son erreur. Nous nous attendons à mieux de la part de McGill lors de notre 20e session de négociations, au cours d’une grève active. Une telle négligence et un tel manque de respect ne suggèrent pas que l’employeur soit sérieux dans sa volonté de trouver un accord. Dans ce contexte, l’AÉÉDEM a exprimé sa déception à l’égard de l’employeur et a suggéré que nous avions perdu toute chance de parvenir à une entente au cours de la journée. Cette décision n’a pas été facile à prendre, mais elle était nécessaire. Les AE de l’AÉÉDEM méritent d’être pris au sérieux par l’employeur et si l’employeur ne s’engage pas à respecter les compétences de base et le respect pendant les négociations, il n’y a pas d’accord à trouver. Après 11 heures, la session s’est terminée.


Cette session n’a pas été facile. Nous avons fait des concessions difficiles dans l’espoir de trouver un accord. À certains moments, il semblait à portée de main, mais l’employeur n’a pas voulu prendre les engagements qui auraient pu permettre un accord. Nous avons dit à McGill, en termes très clairs, ce qu’elle doit faire pour parvenir à un accord. 


Bien que McGill ait parfois semblé réticente à conclure un accord équitable et à mettre fin à la grève des AE, nous reconnaissons que les deux parties font des gestes et que nous nous approchons d’un accord. L’AÉÉDEM est impatiente de poursuivre les négociations avec McGill dans un avenir très proche afin que nous puissions parvenir à un accord et mettre fin à notre grève.


Unis, nous négocions ; divisées, nous mendions !

 

Amour et solidarité,

Vos comités de négociation et de soutien à la négociation

Comentários


bottom of page