top of page

Bulletin sur les négociations #7 : un pas en avant, deux pas en arrière

Le mardi 5 decembre 2023

Avertissement : ce bulletin décrit les négociations de l’AÉÉDEM et McGill concernant les politiques sur le harcèlement, la discrimination et la violence sexuelle.



Le 5 décembre, l’AÉÉDEM a rencontré l’employeur pour la 7e session de négociation d’une nouvelle convention collective pour les auxiliaires d’enseignement. Dès 9 heures du matin, le comité de négociation de l’AÉÉDEM (Nick Vieira, doctorant en physique, Dallas Jokic, doctorant en philosophie, et Nada El Baba, doctorante en biologie) a été rejoint par Sébastien Boivert, conseiller en négociation CSN-FNEEQ de l’AGSEM. L’équipe de négociation était accompagnée de plusieurs membres du syndicat, dont certains étaient présents dans la salle et d’autres à distance par Zoom.


La séance a commencé par un retour sur notre discussion concernant les listes d’embauche. Bien qu’il s’agisse d’une discussion fine et quelque peu administrative, elle est importante pour les deux parties. Actuellement, l’AÉÉDEM reçoit une liste provisoire d’embauche avant que les offres ne soient faites aux AE. L’objectif de cette liste est de confirmer que les pratiques d’embauche décrites dans la convention collective sont respectées. Plus tard dans le semestre, le syndicat reçoit une liste d’embauche finale qui indique quels AE ont été effectivement embauchés (plutôt que ceux qui ont reçu une offre d’emploi). La convention collective précise le contenu des deux listes ainsi que le délai dans lequel elles doivent être envoyées et approuvées.


Nous avons passé beaucoup de temps à la table des négociations pour rationaliser ce système dans l’intérêt des deux parties. Nos préoccupations portent notamment sur la notification en temps utile d’informations précises sur l’embauche, et l’employeur souhaite un système qui réduise la charge administrative pesant sur les services locaux. Dans le cadre du nouveau système que nous avons négocié, le contenu de la liste provisoire serait légèrement élargi afin d’inclure davantage d’informations sur les candidats ayant reçu une offre d’emploi. La liste finale d’embauche serait remplacée par un rapport d’embauche centralisé, plus rapide et plus facile à produire pour les ressources humaines de McGill. Les délais pour la liste provisoire et le rapport final ont été ajustés afin de garantir que les deux parties puissent accorder le temps et l’attention nécessaires à des pratiques d’embauche équitables. Ces améliorations du système réduiraient la charge administrative tant pour l’employeur que pour le syndicat. Au cours de ces discussions, le comité de négociation a également souligné l’importance de permettre aux membres d’utiliser le nom de leur choix lorsqu’ils postulent à un emploi, et de veiller à ce que les noms choisis soient communiqués au syndicat. Au cours de la dernière session, nous nous sommes rapprochés plus que jamais d’un accord sur un nouveau système de transmission des informations relatives à l’embauche, et nous espérons en finaliser les détails au cours de la prochaine session.


Alors que McGill a déclaré qu’il n’y avait pas beaucoup de place pour la négociation sur les propositions non monétaires restantes, l’AÉÉDEM a insisté pour identifier les désaccords précis entre les deux parties dans l’espoir que cela pourrait nous aider à trouver un espace pour les résoudre. Nous avons discuté de notre proposition visant à garantir que le Provost rencontre le syndicat au début des sessions d’automne et d’hiver. Dans l’état actuel de la convention collective, les représentants syndicaux ont le droit de convoquer une telle réunion au début du semestre d’automne. Malheureusement, cette réunion a souvent lieu beaucoup plus tard que prévu ; par exemple, cette année, le syndicat a dû déposer un grief pour rencontrer le Provost. 


Il est important que les AE de McGill puissent discuter de leurs conditions de travail et communiquer les problèmes urgents liés à l’université dans son ensemble, étant donné que nous représentons une partie importante de la communauté mcgilloise. Il est également essentiel que ces réunions aient lieu en temps opportun, c’est-à-dire durant les 30 premiers jours des sessions d’automne et d’hiver. McGill a réitéré son refus de céder sur cette question, mais nous maintenons qu’il s’agit d’une demande raisonnable.


Nous avons également discuté de notre proposition visant à protéger les étudiants diplômés contre l’interdiction ou le découragement d’accepter des emplois d’AE par leurs départements d’études, leurs unités d’embauche d’assistants personnels ou leurs superviseurs académiques. Lors des réunions précédentes, McGill s’était montrée réticente à cette proposition, mais s’est montrée plus ouverte à la discussion lors de la dernière session. Il est possible qu’ils fassent une contre-offre lors de la prochaine réunion.


D’autres questions en suspens sur lesquelles les deux parties sont très éloignées sont liées à l’article 6 (l’article de la convention collective relatif au harcèlement, à la discrimination et à la violence sexuelle). Nous avons discuté de l’article 6 au cours de plusieurs sessions (22 et 28 novembre). Cette fois-ci, nous avons eu plus de temps pour discuter de notre proposition visant à protéger les AE contre les représailles pour avoir déposé des griefs relatifs à ces questions et à garantir leur droit de cesser tout contact avec un harceleur présumé. Ici, McGill a de nouveau oscillé entre l’argument que ces demandes étaient redondantes, c’est-à-dire qu’elles étaient déjà implicites dans les politiques de l’université en la matière, et l’argument qu’elles allaient trop loin. McGill semble vouloir se réserver le droit présumé d’exercer des représailles contre toute plainte de harcèlement/discrimination qu’elle jugerait infondée. Bien que les points de désaccord soient devenus plus clairs au cours de la dernière session, nous ne nous sommes pas rapprochés d’un accord. 


Les négociations sur l’article 6 sont devenues de plus en plus difficiles, car l’employeur refuse de voir comment les problèmes rencontrés par nos membres peuvent être résolus par nos propositions. Au lieu de cela, l’employeur a saisi l’occasion de nos discussions sur le harcèlement, la discrimination et la violence sexuelle pour revendiquer un droit de représailles contre ses employés qui font valoir leurs propres droits à un lieu de travail sûr. Nous attendons davantage de McGill, qui se targuent d’être l’un des meilleurs employeurs de Montréal.


Nous avons demandé une huitième séance pour conclure les négociations pour le trimestre d’automne et nous avons pu en organiser une pour le 18 décembre. Souhaitez-vous participer à une prochaine session de négociations, en personne ou à distance ? Remplissez ce formulaire pour indiquer vos disponibilités et les sujets qui vous intéressent et nous resterons en contact.


Unis, nous négocions ; divisées, nous mendions !



Amour et solidarité,

Vos comités de négociation et de soutien à la négociation

bottom of page