top of page

Bulletin sur les négociations #12 : À quelques semaines d’un vote de grève, les AE attendent toujours une offre sérieuse de la part de McGill


Mardi, 20 février 2024


Comité de négociation des auxiliaires d'enseignement et membres réguliers participant à la séance de négociation.

Le mardi 20 février, l’AÉÉDEM et McGill se sont rencontrés pour une autre session de négociation de la nouvelle convention collective des AE à McGill. Le comité de négociation de l’AÉÉDEM (Nada El Baba, Dallas Jokic et Nick Vieira) et le conseiller en négociation des AE (Jean-Philip Mathieu) ont été rejoints par le conseiller syndical Sébastien Boisvert de la Fédération nationale des enseignantes et des enseignants du Québec (FNEEQ), affiliée à la Confédération des syndicats nationaux (CSN). Un certain nombre de membres de la base de l’université se sont également joints à eux, en personne et sur Zoom.


Lors de notre séance précédente, le mardi 13 février, l’AÉÉDEM a accepté de se présenter à la prochaine séance avec une contre-proposition. L’AÉÉDEM avait précédemment proposé une session plus « exploratoire » avec McGill, mais McGill a insisté pour avoir une contre-proposition complète sur les questions monétaires. La session du 20 a commencé par le partage par l’AÉÉDEM d’une contre-proposition globale, qui se concentrait non seulement sur les questions monétaires qui ont été au centre des sessions récentes, mais aussi sur les questions non monétaires en suspens que les parties n’avaient pas pu résoudre à l’automne. Cette proposition a nécessité une prise de décision difficile sur les points à supprimer de notre mandat, tout en se concentrant sur les principales priorités de nos membres, telles que les soins de santé, l’indexation des heures d’AE sur les inscriptions des élèves, les salaires, et le harcèlement et la coercition sur le lieu de travail. L’AÉÉDEM a fait preuve de flexibilité sur les détails de ces revendications prioritaires, mais a clairement indiqué que McGill ne peut pas s’attendre à ce que nous les abandonnions. Les AE ont été clairs à maintes reprises : nous ne pouvons pas choisir entre un salaire décent, des soins de santé, la prévention de la réduction des heures de travail des AE, et un milieu de travail exempt de harcèlement.


McGill a exprimé sa déception quant au fait que l’AÉÉDEM n’ait pas abandonné les éléments monétaires non salariaux, mais a reconnu que notre contre-proposition impliquait un travail minutieux pour tenter de nous rapprocher. Bien que lors de la réunion du 13, McGill ait manifesté une certaine volonté d’aborder le problème de l’inflation récente, elle a clairement indiqué qu’elle n’avait « no appetite » de négocier sur d’autres aspects de la proposition de l’AÉÉDEM. De plus, en ce qui concerne les salaires, la seule offre monétaire faite par McGill consiste en une augmentation de seulement 1,25 % la première année, et de 1 % les années suivantes. McGill a indiqué qu’elle viendrait à notre prochaine session, le lundi 26 février, avec une contre-proposition. L’AÉÉDEM espère que McGill se présentera avec une proposition qui prévoit des augmentations salariales significatives, un intérêt pour les soins de santé et une volonté de discuter du fait que la réduction des budgets des AE est un problème à la fois pour la qualité de l’éducation et pour la protection des AE contre la surcharge de travail. Nous devons nous remettre de l’inflation et nous en protéger, et rattraper les AE des autres grandes écoles qui gagnent plus de 45 $/h contre 33,03 $/h pour nous. Nous avons besoin que les soins de santé soient reflétés dans leur proposition. Nous devons protéger les AE de la surcharge de travail et défendre la qualité de l’éducation dont McGill et les AE sont fiers.


Au cours des deux derniers mois, McGill a suggéré que notre proposition était irréaliste. Mais ce qui est vraiment irréaliste, c’est de s’attendre à ce que les AE de l’une des meilleures écoles du Canada se contentent d’une entente qui ignore leurs besoins en matière de soins de santé, de salaires et d’indexation des heures de travail des AE sur le travail essentiel qu’ils accomplissent. Nous avons hâte de voir à quoi ressemblera la proposition de McGill et, à quelques semaines de notre vote de grève, il est plus que temps que McGill fasse une contre-proposition sérieuse. 


Notre prochaine séance est prévue pour le lundi prochain le 26 février, à partir de 9 h 30. Voulez-vous entendre la prochaine offre de McGill ? Inscrivez-vous pour vous joindre à nous, en personne ou en ligne, ici ! 


Comme nous l’avons dit, nous gagnons ce pour quoi nous sommes prêts à nous battre et il faudra mettre toutes les mains sur le pont pour obtenir le contrat qui changera notre vie et dont nous avons besoin et que nous méritons. Voulez-vous vous assurer que nous gagnons? Inscrivez-vous à la formation pour devenir un organisateur/militant de l’AÉÉDEM ici ! 


Unis, nous négocions ; divisées, nous mendions !


Amour et solidarité,

Vos comités de négociation et de soutien à la négociation

Comments


bottom of page