top of page

Bulletin sur les négociations #8 : Nouvelle année, nouveau salaire

Le lundi 18 décembre 2023

Avertissement : ce bulletin décrit les négociations de l’AÉÉDEM et McGill concernant les politiques sur le harcèlement, la discrimination et la violence sexuelle.



Le semestre dernier, les négociations des auxiliaires d’enseignement (AE) de l’AÉÉDEM se sont terminées en beauté ! Nous avons résolu un article important sur les listes d’embauche, progressé sur d’autres articles litigieux, et finalement présenté notre proposition monétaire !


Le 18 décembre, nous avons rencontré l’employeur pour la 8e session de négociation d’une nouvelle convention collective (CC) pour les AE. Le comité de négociation de l’AGSEM (Nada El Baba, Dallas Jokic et Nick Vieira) et l’agent de griefs (Jean-Philip Mathieu) ont été rejoints par le conseiller syndical Sébastien Boisvert de notre affilié, la Fédération nationale des enseignantes et des enseignants du Québec (FNEEQ) de la Confédération des syndicats nationaux (CSN). L’équipe de négociation était accompagnée de plusieurs membres du syndicat, certains dans la salle et d’autres par Zoom. Une personne avait même apporté des sandwichs ! 


Après quatre séances, l’AÉÉDEM et McGill ont finalement signé les articles 12 et 13, qui adressent les affichages/demande d’emploi et la sélection et l’affectation. L’élaboration de ces articles a nécessité beaucoup de collaboration — parfois à l’aide d’un tableau blanc — afin de développer un système qui fonctionne pour les AE, les administrateurs départementaux et les ressources humaines. Le nouveau système harmonise l’affichage des postes d’AE, la date limite de dépôt des candidatures, la publication des listes provisoires d’embauche, l’embauche et la publication des listes finales, qui doivent être définies en fonction d’un seul point dans le temps. En outre, le nouveau libellé du contrat consacre le droit des candidats à utiliser leurs noms préférés pour postuler à des postes d’AE et exige l’utilisation des noms préférés dans les listes d’embauche provisoires et finales. Ce nouveau changement est essentiel pour garantir que nos membres ne soient pas adressés par leur deadname à un moment ou à un autre au cours de leur emploi. 


Nous avons également progressé sur l’article 6, qui couvre le harcèlement, la discrimination et la violence sexuelle. Dans l’article 6.02, notre proposition vise à protéger les AE contre les représailles qu’ils subissent lorsqu’ils dénoncent des actes de harcèlement et à leur permettre de cesser tout contact avec les auteurs de harcèlement. McGill a récemment montré une certaine volonté d’ajouter à la convention des termes tirés de la Politique sur le harcèlement et la discrimination (en particulier, sur les « mesures immédiates ») pour répondre aux inquiétudes des AE concernant les représailles. L’AÉÉDEM est reconnaissante de la volonté de McGill de résoudre le problème, mais leur contre-offre ne résout pas certains des problèmes que nous avons le mandat d’aborder. Nous continuerons à revisiter l’article 6 lors des prochaines sessions. 


La mise à jour la plus excitante est que l’AÉÉDEM a finalement présenté sa proposition monétaire à McGill. Jusqu’à présent, nous n’avons négocié que des éléments non monétaires. Nous sommes en train de passer à des négociations monétaires après les progrès rapides que nous avons réalisés au cours du dernier semestre. 


Nos demandes monétaires font suite à plusieurs mois de recherche sur les conditions matérielles des AE dans le contexte actuel de crise du coût de la vie. Nous méritons ce que nous demandons, et ces changements seront transformateurs pour les employés diplômés de McGill. 


Entre autres, nous demandons :

  • Une augmentation salariale substantielle. Nous revendiquons une augmentation pour les AE afin de rendre notre salaire compétitif par rapport à plusieurs autres universités avec lesquelles McGill se compare souvent (par exemple, l’Université de Toronto, Queen’s, McMaster, Carleton), où les AE gagnent entre 40 $ et 50 $ par l’heure par rapport à 33,03 $ par l’heure chez McGill. Nous revendiquons également l’introduction d’une augmentation de l’ajustement au coût de la vie (« COLA », en anglais) dans les années où l’inflation dépasse 3 %. 

  • Trois fonds distincts pour les soins de santé, représentant environ un million de dollars par an : (1) un fond général pour les soins de santé des employés (2) un fond qui s’adresse aux besoins particuliers des AE internationaux, et (3) un fond pour les soins d’affirmation du genre pour les AE transgenres.  


Ces revendications ne sont pas seulement nécessaires, elles sont possibles. Notre revendication salariale correspond à la moyenne d’une douzaine d’autres institutions au Canada avec lesquelles McGill veut rester compétitive et se compare souvent. Notre demande du mécanisme d’ajustement au coût de vie fait suite à deux années d’inflation extrême. Si McGill veut rester compétitive par rapport aux autres universités, elle doit donner la priorité à la qualité de l’enseignement. Les aides-enseignants sont essentiels à la prestation d’un enseignement de haute qualité ; McGill travaille parce que nous travaillons. De plus, les AE de McGill sont parmi les rares au Canada à ne pas bénéficier de soins de santé dans le cadre de leur emploi. Des soins de santé d’affirmation du genre pour les employés transgenres existent notamment à York et à McMaster, ainsi que dans des dizaines d’universités aux États-Unis. 


Lorsque nous avons insisté auprès de McGill pour obtenir une proposition monétaire de leur part — une sorte d’offre sur les salaires — ils ont été incapables de nous donner un chiffre. Tout ce que nous voulions pour Noël, c’était leur proposition monétaire, et ils n’ont pas pu nous en donner une ! Après avoir reçu notre proposition, McGill procède actuellement à un calcul des coûts. Nous nous réjouissons d’entamer bientôt les négociations sur notre proposition monétaire !


Notre premier semestre de négociation nous a permis d’apporter des améliorations substantielles à plusieurs articles de notre CC (et de signer 9 articles révisés). L’AÉÉDEM a également amené un nombre sans précédent de membres dans la salle de négociation. Le premier jour des négociations, McGill s’est opposé à la présence de cinq membres supplémentaires dans la salle. Mais nous avons maintenu notre mandat et continué à inclure des membres dans les négociations. Après notre première réunion, l’employeur a tenté de faire marche arrière en proposant une configuration hybride. Mais nous avons tenu bon et notre comité technique a conçu une configuration hybride qui permet à tout le monde de participer — des deux côtés de la table. À la fin du semestre, nous avons négocié avec plus de dix membres supplémentaires dans la salle et beaucoup plus sur Zoom. 


Malgré la résistance de McGill sur de nombreux points, il y a eu jusqu’à présent une volonté d’apporter des améliorations substantielles sur divers aspects de la CC — une volonté remarquablement absente des cycles de négociations précédents. Le fait de se montrer à la table des négociations par le biais d’un processus de négociation ouvert a permis aux membres de fournir des informations cruciales sur leurs conditions de travail dans les départements de l’ensemble du campus. Comme nous l’avons déjà dit, les AE sont les experts de nos conditions de travail. À maintes reprises, notre approche de la négociation ouverte nous a rappelé que nous pouvons obtenir des améliorations substantielles de nos conditions de travail en nous serrant les coudes dans la salle de négociation et au-delà. Nous espérons continuer à rassembler des membres de toute l’université dans la salle de négociation. Nous serions ravis de vous y voir bientôt !


Notre prochaine session sera le 16 janvier. Avant les négociations, nous organiserons un rassemblement "Nouvelle année, nouveau salaire" pour montrer à McGill que nous sommes sérieux et que nous valons ce que nous revendiquons. RSVP ici !


Souhaitez-vous participer à une prochaine session de négociations, en personne ou à distance ? Remplissez ce formulaire pour indiquer vos disponibilités et les sujets qui vous intéressent et nous resterons en contact.


De plus, garder la date pour le 30 janvier, quand nous aurons un assemblé d’unité des auxiliaires d’enseignement pour discuter nos négociations et nos plans pour le semestre. RSVP ici !


Unis, nous négocions ; divisées, nous mendions !


Amour et solidarité,

Vos comités de négociation et de soutien à la négociation

bottom of page